Accouchement à la maison:

Le 9 mars une maman, en accord avec son mari, a décidé d’accoucher à la maison.
L’accouchement s’est très bien passé pour la maman et l’enfant.

Le papa s’est rendu à la mairie pour signaler la naissance de leur deuxième enfant.

Le fonctionnaire de mairie lui a signifié que seul l’hôpital pouvait faire ce genre de démarche administrative ; le père a expliqué que l’enfant était né à la maison et qu’il n’avait pas besoin de l’hôpital pour faire cette déclaration de naissance.

Le fonctionnaire de mairie a décidé alors de signaler la famille au Procureur de la république de Chartres. Le quel Procureur a réagi aussitôt il a demandé aux services de police de se rendre au domicile ou les parents séjournaient, d’arrêter la maman et l’enfant et de les conduire de force au centre hospitalier.
Ce qui a été fait dans l’heure qui a suivi.

C’est avec la violence que vous pouvez imaginer que les parents et l’enfant ont été conduits à l’hôpital. L’enfant a subi des actes médicaux sans que les parents puissent dire un mot étant donné que la garde de leur enfant et l’autorité parentale leur avaient été retirées provisoirement. 

Ensuite le papa a été conduit au poste et a signé, sous la menace d’une mise en garde à vue, une déposition sur leur façon de vivre.
Cinq jours plus tard les parents ont recouvré leur autorité parentale sous conditions d’accepter un suivi des services sociaux. Un rendez-vous avait été fixé le mardi 4 avril 2006.

Le problème été très simple : les parents ont fait un choix de vie le plus naturel possible ; de plus les enfants ne sont pas vaccinés. Cela n’a pas été du goût des services sociaux.

Les parents ont fait appel à nos services. Comme pour la famille GOULETTE, L'UNACS est face à un cas concret d’intervention d’urgence. L’association a pris contact avec Maître LUDOT qui a déposé une assignation en référé au Tribunal de grande instance de Moulin (03).
Cette famille est au R.M.I. C’est pour cette raison que notre association lance un appel aux dons pour les aider.



Les parents ont été convoqués le mardi 11 avril 2006 à 9h00 au tribunal de Moulin (03). Nous les accompagnons tous au long de ce périple.

Un non lieu a été prononcé par le juge des enfants