A Fréhel, dans les Côtes d' Armor,

une maman qui élève seule ses 2 enfants, âgés respectivement de 14 et 8 ans, vit depuis 2 ans un acharnement médico-judiciaire dans le cadre d’une accusation de maltraitance et suite à une dénonciation calomnieuse.

En 2006, un praticien hospitalier, pédopsychiatre, a descolarisé l’aîné des enfants après diagnostique d’une phobie scolaire.
La maman n’ayant pas constaté d’évolution après une année de prise en charge dans un CMPI, elle a fait le choix d’un autre psychiatre en 2007, le Docteur T, qui a établi avec l’enfant une relation de confiance tout en prescrivant un traitement conforme à la législation en vigueur – Prise en charge par Sécurité Sociale -.

Comme son frère cadet Louis, les deux enfants présentent le syndrome de TDAH et ils sont ainsi suivis par le même praticien, lui-même en lien constant avec le médecin de famille.
Grâce au Docteur T, la famille et son entourage, ainsi que les professeurs, ont noté une nette amélioration chez l’adolescent qui poursuit sa scolarité au CNED avec succès et peut depuis près de 2 ans suivre des cours avec des répétiteurs en dehors de son domicile, et chez Louis une évolution normale et épanouie dans son école de village.
Toutefois, les diagnostiques et les traitements déplaisent à certaines personnes qui n’ont aucune compétences légales en matière médicale. Sous la menace constante d’un placement des enfants, l’un en hôpital psychiatrique, l’autre en famille d’accueil, malgré des témoignages favorables à la mère il a été malgré tout ordonné un Placement éducatif à Domicile par le juge des enfants. Face à cette mesure judiciaire la maman a décidé de faire appel de cette décision avec l’aide de l’association UNACS. En tout état de cause, si l’appel confirme le jugement, il faut croire désormais que personne n’aurait ainsi plus le droit de choisir son médecin, même homologué. Si cette décision arbitraire et injustifiée a pu être évitée grâce à la mobilisation et l'action de l'U.N.A.C.S lors de la dernière audience, le Juge a tout de même réitéré en ordonnant un PED. (Placement Éducatif à Domicile). cette famille est sous le joug d'une mesure judiciaire. l'appel est prévu le VENDREDI 22 MAI 2009 A 14H00 Cour d’appel de rennes Place du parlement de bretagne Salle n°029 Rez-de-chaussée 35000 RENNES.

épilogue heureux:

La cour d'appel à casser toutes les décisions du juge pour enfant et laisser tranquille cette maman et ces deux enfants.

Merci à toutes les personnes qui se sont mobilisé pour cette famille: Pour cette raison nous faisons appel à votre générosité pour financer l'appel. Vos dons sont à envoyer à l'ordre de l'association à l'adresse suivante: Infos santé Pays d'Auge. 20 rue Sainte Marie 14100 Lisieux. Tel: 06 80 12 71 02 Jacques BESSIN