Le Conseil Constitutionnel a rendu sa décision ; l'obligation vaccinale est maintenue dans notre pays. Une dictature Médicale s'installe en France alors que d'autres pays se battent pour protéger leur démocratie. Ce n'est pas la fin pour autant, nous accompagnerons la famille Larère au tribunal correctionnel et en fonction du verdict, nous irons en appel, puis en cassation et enfin devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme. Il est clair que toutes les personnes qui veulent la liberté de choisir doivent s'unir pour l'obtenir. L'UNACS vous invite à vous joindre à la famille Larère pour dire non à l'obligation vaccinale. Si nous sommes des milliers à nous montrer, le gouvernement sera dans l'obligation de nous écouter. De plus à chaque fois qu'un médecin refusera d'informer les patients par écrit sur les risques de la vaccination, il ne faudra pas hésiter à déposer une plainte pour défaut d'information. Jusqu'à aujourd'hui l'UNACS plaidait pour que les citoyens ne trichent pas en faisant de faux certificats, mais face au constat, nous sommes bien contraints d'accepter que des parents optent pour ce choix. Tricher et avoir la paix ou être honnête et risquer un procès ; chacun devra choisir. Je ne vous cache pas ma déception concernant cette décision et crains que d'autres vaccins deviennent obligatoires pour protéger les laboratoires, et que les politiques s'en lavent les mains. Restons mobilisés et battons-nous pour ne pas laisser le gouvernement instaurer cette dictature qui a déjà commencé. Nous avons le choix : 1. nous battre 2. déposer les armes 3. tricher 4. demander l’asile politique dans un pays libre

Jacques BESSIN président de l'UNACS