Menu Fermer

Vaccin DTP : utilité, rappel, contre indications

La diphtérie, le tétanos et la poliomyélite sont des maladies qui ont longtemps touché de nombreuses personnes. Elles laissent parfois des séquelles définitives et peuvent conduire à de nombreuses complications. Mais grâce au vaccin DTP, il est possible de prévenir ces affections depuis le bas-âge.

Composition et utilité du vaccin DTP

Le vaccin DTP est une combinaison qui permet de lutter contre trois maladies : la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Chez les nourrissons ou les bébés qui viennent de naître, on associe à ce vaccin, celui de la coqueluche. Ce n’est pas toujours le cas chez les adultes. Dans la composition du vaccin DTP, on retrouve :

  • Anatoxine diphtérique ;
  • Anatoxine tétanique ;
  • Virus poliomyélitique inactivé de type 1 ;
  • Virus poliomyélitique inactivé de type 2 ;
  • Virus poliomyélitique inactivé de type 3 ;
  • Phénoxyéthanol
  • Formaldéhyde
  • Milieu 199 de Hanks (contenant notamment des acides aminés, des sels minéraux, des vitamines)
  • Acide chlorhydrique ou hydroxyde de sodium pour ajustement du pH
  • Eau PPI.

Qui sont les inventeurs de ces vaccins ?

Le vaccin contre la poliomyélite utilisé dans le DTP combiné provient des recherches du biologiste américain Jonas Edward Salk. C’est en revanche à Gaston Ramon qu’on attribue le premier vaccin antidiphtérique en 1923. Le vaccin antitétanique a, quant à lui, été mis au point par Pierre Descombey en 1924.

Est-ce une obligation de recevoir le DTP ?

Le vaccin DTP est obligatoire chez les enfants et les nourrissons. Il fait en effet partie des 11 vaccins imposés aux bébés en France. L’injection est aussi obligatoire pour les élèves et étudiants qui se destinent aux professions médicales et toute profession de santé. La même imposition concerne le personnel de santé. Le vaccin DTP n’est toutefois que recommandé s’agissant des adultes en général. Des rappels à 25 ans, 45 ans et 65 ans peuvent en effet participer à se prémunir définitivement contre les maladies que le vaccin entend prévenir.

Quel est le schéma de vaccination habituel ?

Le schéma de vaccination chez les nourrissons et les enfants suit un ordre de trois injections nécessaires. La première injection est faite à 2 mois. La deuxième intervient à 4 mois et la dernière administration du vaccin DTP est faite à 11 mois. Les spécialistes de la santé recommandent toutefois de faire un rappel à 6 ans, puis un autre entre 11 et 13 ans. Suivre ce schéma de vaccination est une obligation légale. En cas de manquement, les parents ou le tuteur peuvent devoir payer une amende de 1500 euros.

Des contre-indications ?

Les contre-indications pour le vaccin DTP concerne les personnes qui ont une hypersensibilité aux composants du vaccin ou à la néomycine, la streptomycine ou à la polymyxine B. Les mêmes interdictions concernent les patients qui ont développé une réaction sévère après une injection antérieure d’un vaccin contenant une anatoxine diphtérique ou tétanique associée ou non à des virus poliomyélitiques inactivés. Dans les cas où le patient peut recevoir le vaccin, mais souffre de fièvre ou d’une maladie aiguë, il est conseillé de reporter la vaccination. Les sujets présentant une immunodépression comme une infection par le VIH peuvent néanmoins se voir administrer le vaccin ; seulement l’efficacité peut être très limitée.

Mises en garde et précaution d’emploi

L’administration du vaccin DTP doit être subordonnée à un traitement médical adéquat. C’est une recommandation générale pour tout vaccin. Il est aussi important de se faire suivre par un professionnel pour la prise en charge rapide d’éventuels effets indésirables. Par ailleurs, ce n’est pas une substance à injecter par voie intravasculaire. Le mode usité et recommandé est la voie intradermique ou dans le muscle fessier.

Les effets indésirables

Le vaccin DTP ne présente pas des effets indésirables majeurs. Les personnes vaccinées peuvent ressentir des douleurs ou un nodule au niveau du site d’injection. Dans certains cas, les patients deviennent fiévreux. Dans de rares cas, certains parents rapportent des effets indésirables spécifiques, dont des affections hématologiques, des affections gastro-intestinales, des troubles du système immunitaire ou nerveux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *