Comment s’en sortir en cas de dépression post accouchement ?

depression post partum

La maternité peut occasionner certaines affections chez la mère ou même chez le père. Parmi ces maladies, l’on distingue la dépression post-partum. Elle touche de manière fréquente de nombreux couples sur la planète après la venue de leurs enfants. Ses manifestations varient en fonction de chaque sujet et du degré de ce trouble moral. Selon les experts, il existe une multitude de facteurs qui peuvent déclencher une dépression post accouchement. Découvrez dans cet article les éléments indispensables à savoir sur une telle affection ainsi que les traitements possibles.

Manifestations de la dépression post-partum

La dépression post-partum une affection qui survient après un accouchement au moins 15 jours à 8 semaines. C’est un état d’anxiété récurrent surtout chez les mères. C’est une maladie grave qui peut contribuer à nuire à ces dernières ainsi qu’à l’accroissement du lien d’affection entre leurs bébés et elles. Ce qui pourrait avoir un impact sur les interactions entre ceux-ci.

De ce fait, le développement affectif, cognitif ou social des enfants pourrait être négativement touché. Elle se manifeste sous une diversité de manières en fonction de chaque individu. Mais de façon générale, on constate chez  la majorité des cas atteints de dépression post-partum :

  • une instabilité de l’humeur
  • des maux de tête
  • des douleurs dans le ventre
  • un sentiment de déception
  • des peurs d’être agressif
  • une grande tristesse
  • des troubles d’appetit et de sommeil
  • une réduction des capacités de concentration
  • l’incapacité à prendre correctement soin de votre bébé

Aussi, les individus souffrant de la dépression post-partum ont la plupart du temps tendance à se mettre à l’écart du monde. En somme, tous ses symptômes se résument au fait d’éprouver des sentiments de négativité, d’irritabilité, de colère, de tristesse et d’insécurité.  Lorsque ces sentiments  sont de plus en plus envahissants ou lorsqu’ils ne vous permettent pas de vaquer comme il faut à vos diverses occupations, ou si vous avez une crainte excessive de blesser votre bébé ou vous même, nous vous recommandons dans les plus brefs délais la consultation d’un spécialiste de la santé ou d’un psychologue.

Déprimer après un accouchement : causes possibles

La dépression post-partum trouve ses origines dans la combinaison de plusieurs éléments. Ainsi, l’on peut l’expliquer par des raisons physiologiques, ou par les changements des habitudes de vie suite à la venue d’un enfant. Elle peut apparaître lorsque l’on se sent trop submergé par les exigences ou quant il y a un déséquilibre entre les activités de distraction et les tâches quotidiennes.

De plus, les personnes ayant des antécédents dépressifs, d’anxiété ou de trouble du mental sont plus à même de contracter la dépression post-partum. Par ailleurs, le stress, une insuffisance de soutien ou d’affection de ses proches, un manque de confiance en soi, une vie conjugale peu satisfaisante, des soucis de finances, d’emploi ou d’habitation constituent aussi des sources favorisant un tel problème.

C’est pourquoi le soutien des conjoints, des parents et proches des nouvelles mères est important surtout lorsque l’accouchement n’a pas été très facile. Si vous venez de faire un enfant, il est nécessaire de vous vider la tête et d’empêcher le stress de vous envahir. Cela vous sera plus bénéfique.

Les traitements de la dépression post-partum

Cas des sujets légèrement atteint par ce mal

Lorsque vous êtes atteint d’une forme pas très poussée de la dépression post-partum, vous pouvez vous auto-soigner en vous appliquant suffisamment de repos et en consommant des aliments sains et équilibrés. Vous pouvez pour y arriver confier la garde de votre bébé à un ami, votre conjoint ou un parent pendant quelques temps.

Vous devez trouver également le temps pour de petites activités ludiques comme savourer des musiques calmes et douces, pratiquer le yoga, la marche, la gymnastique, la natation sans exagérer, discuter avec des amis… Il faudrait aussi vous faire belle même lorsque vous ne sortez pas. Tout cela pourra vous aider à vous sentir mieux et à vous redonner confiance en vous.

Les cas graves de dépression après accouchement

Dans le cas d’une dépression post-partum grave, vous devez vous rendre chez un médecin. Seul ce dernier pourra vous établir un traitement capable de vous libérer de cette maladie. Il peut vous mettre sous des antidépresseurs qui permettront de calmer vos nerfs afin que vous apaiser. Pour les mères qui souhaitent continuer de nourrir leurs bébés au sein pendant toute la durée du traitement, il faudra qu’elles le notifient au docteur. Ceci parce que les résidus des médicaments traitant la dépression post-partum peuvent entrer dans le lait de la maman et porter un coup au bébé.

Ces soins vont s’accompagner d’un suivi psychologique d’un professionnel sanitaire, d’un psychologue ou d’un psychiatre. Tout dépend de la gravité de votre cas. Il peut aussi vous diriger vers des groupes ou associations d’entraide pour vous permettre de rencontrer d’autres personnes ayant la même affection que vous. Vous pourrez vous baser sur les expériences des autres afin de sortir de cette mauvaise passe.

Dépression post-partum : conseils pour éviter un récidive

Si vous suivez à la lettre les recommandations du médecin, après quelques moments, vous sentirez une amélioration. Mais ne stoppez pas le traitement tant qu’on ne vous le dit pas à l’hôpital. Pour éviter une rechute, il faudrait tout faire pour bannir le stress de votre vie. Faites l’effort de faire fi de tout ce qui peut vous rendre anxieux.

Vous devez aussi vous faire plaisir de temps à autre en organisant des sorties, des voyages, des fêtes, des randonnées, histoire d’éviter la fixation sur vos tâches uniquement pour ne plus tomber dans une dépression post-partum ou tout autre type. N’oubliez pas de manger correctement c’est à dire équilibré et varié et de vous reposer quand le corps l’exige.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *