Écrit par 13h43 Bien-être & Beauté

SPM – Définition et traitement du Syndrome PréMenstruel

spm

Le syndrome prémenstruel que l’on abrège couramment par SPM touche environ 80% de femmes. Sous ce terme est rassemblé l’ensemble des maux physiques, comportementaux et psychologiques qui affectent les femmes pendant leurs années de procréation. 

Dans cet article, nous allons évoquer les causes, les symptômes et les traitements du syndrome prémenstruel qui peut parfois être sévère.

SPM – Definition

Le syndrome prémenstruel dit SPM se caractérise par la présence de symptômes pénibles d’ordre physique, comportemental et psychologique, qui apparaissent après l’ovulation et disparaissent ou s’atténuent après le début des saignements menstruels (règles). 

Cette période de tension recouvre près de 300 symptômes, à la fois mentaux et somatiques. Les plus fréquents sont : 

  • Irritabilité
  • Colère injustifiée
  • Agressivité
  • Mélancolie
  • Tristesse
  • Dépression
  • Larmoiement
  • Baisse de l’estime de soi
  • Hypersensibilité mammaire
  • Sensation de rétention d’eau dans le corps
  • Problèmes intestinaux (diarrhée, constipation)
  • Éruption cutanée
  • Douleurs articulaires
  • Maux de tête
  • Fatigue…

Ces faits perturbent considérablement le fonctionnement quotidien d’une femme et se répètent au cours des cycles suivants. On estime que de 20 à 80 % de femmes en période de procréation souffrent de SPM ; dont environ 5% ont une forme grave de syndrome prémenstruel appelé trouble dysphorique prémenstruel (syndrome prémenstruel sévère).

Les phases du cycle menstruel

Le corps d’une femme change périodiquement, selon les niveaux d’hormones sexuelles produites par l’ovaire.

  • Dans la première phase du cycle (dite folliculaire) ; un follicule se développe dans l’ovaire sous l’influence des œstrogènes, à partir desquels un ovule est libéré approximativement au milieu du cycle. Pendant ce temps, la muqueuse de l’utérus commence à s’épaissir.
  • Dans la deuxième phase du cycle (dite phase lutéale) ; l’utérus, sous l’influence de la progestérone, produit des nutriments pour l’ovule fécondé. 

Si la fécondation échoue, la muqueuse de l’utérus se décolle et des saignements menstruels se produisent. Ensuite, tout le cycle se répète. 

Les affections liées au syndrome prémenstruel surviennent au cours des phases lutéale et menstruelle.

periode syndrome premensturel femme

Quelles sont les causes du syndrome prémenstruel sévère ?

Les causes du syndrome prémenstruel ne sont pas entièrement comprises. Le répertoire des symptômes du SPM n’est pas constant, l’ensemble peut changer tous les mois et la gravité des symptômes individuels est également variable. 

Les femmes avec une prédominance de composantes psychologiques fortes peuvent, dans les cas extrêmes, avoir une vie harassante avec une impossibilité d’aller au travail. Ces phases appartiennent aux 2 à 6% de patientes souffrant de trouble dysphorique prémenstruel (TDPM).

Mais sans aucun doute, un rôle important est joué par les concentrations changeant cycliquement des hormones produites par les ovaires : les œstrogènes et la progestérone.

On soupçonne que les produits du métabolisme de la progestérone peuvent affecter le système nerveux (en particulier le système nerveux central – le cerveau et la moelle épinière). Ils affectent la synthèse de nombreux composés chimiques (appelés neuro hormones et neurotransmetteurs). 

Des perturbations dans leur composition et leur quantité peuvent être responsables de l’apparition de symptômes du syndrome prémenstruel. Peut-être que des facteurs génétiques jouent également un rôle. 

douleurs regles spm

Existe-t-il un traitement contre le SPM ?

Le traitement du syndrome prémenstruel comprend des méthodes pharmacologiques et non-pharmaceutiques.

Méthodes non pharmacologiques 

Les méthodes non pharmacologiques comprennent des recommandations qui s’appliquent aux femmes présentant des symptômes légers. Un tel traitement peut alors réduire leur gravité ce qui évite des soins complémentaires. Cependant, les femmes présentant des symptômes graves, la modification de leur mode de vie est un traitement auxiliaire. Par exemple :

Améliorer son mode de vie

Dans un premier temps pour lutter contre le spm des règles, il est conseillé de

réorganisation ses habitudes quotidiennes en augmentant l’activité physique, varier ses assiettes avec un contenu équilibré, mais aussi perdre du poids (le cas échéant) ou encore arrêter de fumer. 

Entreprendre une thérapie cognitivo-comportementale

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est basée sur la croyance que différents types de comportements perturbés sont des réactions apprises. En conséquence, ils peuvent être modifiés. 

Pendant le traitement, le patient rencontre régulièrement le thérapeute. La TCC se compose de 4 phases : 

  • Diagnostiquer
  • Stimuler la motivation du patient à changer
  • Appliquer une procédure thérapeutique (qui permet d’apprendre de nouveaux comportements positifs) 
  • Et consolider les changements qui surviennent au cours de la thérapie.

Traitements pharmacologiques 

Ils comprennent :

Utilisation d’inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine 

Dans l’utilisation d’inhibiteurs sélectifs, on cite par exemple la fluoxétine et les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et de la noradrénaline (IRSN). Ces médicaments, en augmentant la quantité de sérotonine, diminuent la tension et l’irritabilité, diminuent les troubles de l’humeur et diminuent les maux physiques : douleurs et sensibilité des seins, flatulences et maux de tête. 

Le médicament doit être pris le matin, peu importe que ce soit avant ou après avoir mangé. 

Il existe deux traitements : le premier consiste à prendre votre médicament tous les jours. 

Le seconde consiste à prendre le médicament du milieu du cycle menstruel jusqu’au début des règles, puis il y a une pause d’environ deux semaines. 

Des études scientifiques montrent que les deux traitements sont efficaces dans les mêmes mesures. Les effets indésirables les plus fréquents sont (surtout au début de l’utilisation) : maux de tête et vertiges, somnolence excessive ou insomnie, nausées, vomissements,diarrhée et diminution de la libido.

Utilisation de contraceptifs oraux (DSA)

Ces préparations contiennent des œstrogènes et de la drospirenone (un progestatif), qui empêche l’accumulation d’eau dans le corps. Le comprimé doit être pris une fois par jour à peu près à la même heure de la journée (un quart de 12 heures est généralement acceptable). 

solutions contre le spm

La pilule est prise pendant 21 jours, suivis d’une pause de sept jours, au cours de laquelle des saignements menstruels se produisent. Des recherches scientifiques sont actuellement en cours sur l’efficacité de l’utilisation continue du médicament (par exemple pendant 168 jours – sans interruption de sept jours). Peut-être qu’un tel traitement s’avérera plus bénéfique.

Utilisation de patchs ou d’implants

Ces solutions contraceptives contiennent des œstrogènes. Les œstrogènes réduisent les symptômes du syndrome prémenstruel. Les patchs sont changés une à deux fois par semaine. 

Les œstrogènes stimulent la croissance de la muqueuse de l’utérus (endomètre). Pour cette raison, les patientes utilisant des œstrogènes doivent également recevoir de la progestérone pour empêcher une croissance incontrôlée de l’endomètre.

 La progestérone peut être libérée du DIU dans l’utérus, ou elle peut être administrée par voie orale, de manière cyclique pendant 10 à 12 jours. Des symptômes de type syndrome prémenstruel et des saignements utérins peuvent survenir chez les femmes particulièrement sensibles au début de l’utilisation de la progestérone.

Utilisation de danazol

Le danazol inhibe la libération d’hormones dans l’hypothalamus et l’hypophyse et, par conséquent, également la production d’œstrogènes dans les ovaires. La recherche a montré qu’il réduit la gravité de certains des symptômes associés au syndrome prémenstruel mais aussi contre l’endométriose et dans l’angio-œdème héréditaire. 

Malheureusement, il peut provoquer des effets secondaires tels qu’une augmentation de l’appétit et une prise de poids, de l’acné, de la séborrhée, une décoloration de la voix ou une hyperplasie clitoridienne.

Utilisation d’analogues de la gonadolibérine (GnRH)

Ces médicaments inhibent la fonction sécrétoire de l’hypothalamus, de l’hypophyse et des ovaires. Les hormones sexuelles chutent. En conséquence, les symptômes associés au syndrome prémenstruel disparaissent. 

Malheureusement, réduire la quantité d’œstrogènes et de progestérone dans le corps peut entraîner des symptômes désagréables. Ceux-ci incluent les bouffées de chaleur, les troubles de l’humeur et les maux de tête. 

Au fil du temps, la densité minérale osseuse diminue et l’ostéoporose peut se développer. Les femmes souffrent de sécheresse vaginale et d’une diminution de la libido. En raison de nombreux effets secondaires, le traitement par les analogues de la gonadolibérine est réservé aux patientes présentant un syndrome prémenstruel sévère qui ne répond pas au traitement standard. 

Les analogues de la gonadolibérine sont administrés sous forme d’injections sous-cutanées, généralement sur le ventre.

Syndrome prémenstruel et chirurgie

Si les méthodes ci-dessus de traitement des symptômes du syndrome prémenstruel ont échoué, l’ablation chirurgicale de l’utérus et des appendices (ovaires, trompes de Fallope) reste la solution finale. 

Le cycle menstruel a complètement disparu. Bien sûr, une carence en hormones sexuelles peut entraîner des conséquences néfastes. Par conséquent, il est nécessaire de les administrer sous forme de comprimés ou de patchs. 

Le traitement chirurgical est réservé aux SPM extrêmement sévères et ne doit  pas être vu comme une solution primaire.

syndrome prémenstruel symptomes

Étapes des traitements contre le SPM

Pratiquement chaque patient devrait commencer la thérapie avec les méthodes les moins « invasives ».

  • La première étape du traitement est la modification du mode de vie, l’utilisation d’ISRS à faible dose ou de pilules contraceptives combinées.
  • La deuxième étape implique l’administration de doses augmentées d’ISRS et/ou l’utilisation de patchs d’œstrogènes.
  • La troisième étape est l’utilisation d’analogues de la gonadolibérine et la quatrième étape est l’ablation de l’utérus avec des appendices.

Comment soulager les symptomes du syndrome prémenstruel ?

En cas de symptômes physiques sévères (maux de tête, douleurs abdominales, maux de dos), l’utilisation d’analgésiques peut atténuer les symptômes. Les médicaments appartenant à ce qu’on appelle anti-inflammatoires non stéroïdiens (par exemple naproxène ou spasfon).

En outre, la recherche se poursuit sur l’utilisation de vitamines et d’autres produits chimiques qui peuvent soulager les symptômes du syndrome prémenstruel. Jusqu’à présent, il a été prouvé qu’un apport quotidien de 1 200 mg de calcium peut réduire l’inconfort du syndrome prémenstruel.

Le traitement non pharmacologique joue un rôle très important dans le soulagement des symptômes du syndrome prémenstruel. Pour cette raison, chaque patient doit savoir exactement à quel point les changements de mode de vie jouent un rôle important dans le processus de traitement.

regles douloureuses femme

Est-ce que l’alimentation peut jouer un rôle important ?

Elle est même essentielle à un organisme maintenu en bonne santé et qui pourra lutter contre les effets du syndrome prémenstruel.

La modification du mode de vie implique l’utilisation d’un régime alimentaire approprié. Une alimentation saine est avant tout une alimentation variée qui fournit tous les nutriments nécessaires dans une bonne quantité. 

Pyramide de l’équilibre alimentaire

Le département américain de l’Agriculture, en collaboration avec la Harvard School of Public Health, a publié ce que pourrait être la soi-disante pyramide de l’alimentation équilibrée :

Niveau 1 – Les féculents

À la base de la pyramide alimentaire se trouvent les produits céréaliers :

  • Pain noir
  • Gruaux (sarrasin, orge…)
  • Pâtes de blé et de riz
  • Flocons d’avoine.

Ces ingrédients fournissent au corps des glucides complexes, des vitamines et des fibres. Les produits céréaliers doivent être consommés environ 3 fois par jour.

Niveau 2 – Les fruits et légumes

Au niveau suivant de la pyramide, il y a :

  • Les fruits et les légumes.

Il est préférable de les manger crus ou cuits à la vapeur afin qu’ils conservent un maximum de leurs propriétés précieuses. De plus, ce sont de riches sources de vitamines antioxydantes : vitamines C, E et bêta-carotène.

Il est recommandé de manger environ 3 à 6 portions de légumes et de fruits par jour. 

Niveau 3 – Les produits laitiers

Le niveau suivant de la pyramide comprend le lait et les produits laitiers qui apportent une forte densité de protéines et de minéraux (calcium, phosphore, magnésium).

Niveau 4 – Les protéines

Le niveau comprends tous les apports protéiques possibles tels que :

  • La viande (surtout maigre : volaille, lapin…)
  • Le poisson
  • Le tofu
  • Les légumineuses.

Ces éléments contiennent non seulement des protéines mais ils sont également enrichis en vitamines B et en fer. Ces ressources végétales ou animales doivent être consommées 1 à 2 fois par jour, de préférence préparée sans utilisation de graisses supplémentaires.

Niveau 5 – Les lipides

Au sommet de la pyramide se trouvent les (bonnes) graisses ce qui sous entends :

  • Les graisses végétales (huile d’olive, lin, noix, etc.)
  • Les fruits secs
  • Les  oléagineux
  • Les olives…

Suivre les recommandations ci-dessus vous permettra de maintenir un poids corporel approprié, et également de réduire le risque de maladie cardiaque et de cancer (en particulier du gros intestin, mais aussi de cancer du sein et de l’endomètre).

Comment prévenir le syndrome prémenstruel (SPM) ?

Si la patiente est dominée par des symptômes de rétention d’eau (gonflement des membres, douleurs mammaires), la consommation quotidienne de sel doit être limitée. Nous mangeons d’ailleurs beaucoup de sel, car il est contenu dans le pain, la charcuterie et la viande. Pour cette raison, un salage supplémentaire doit être évité. 

De leur côté, les femmes qui souffrent de douleurs abdominales et de flatulences doivent éviter les plats contenant du chou, des pois, des haricots et limiter la consommation de boissons gazeuses.

L’exercice régulier est un autre moyen de lutter contre les symptômes gênants du syndrome prémenstruel. Grâce à cela, l’efficacité globale du corps est améliorée, la pression artérielle est abaissée et le cœur pompe le sang plus efficacement vers les organes individuels. De plus, l’effort physique a un effet positif sur le travail du système nerveux.

lutter contre spm

Pendant l’exercice, la libération des hormones du bonheur – les endorphines, augmente. Le bien-être est amélioré, l’irritabilité est réduite, les émotions négatives sont libérées. Tout cela conduit à une amélioration de l’humeur d’une femme. Il existe de nombreuses possibilités pour choisir la bonne forme d’exercice. Fitness, vélo, piscine, marche, yoga, danse…. Pratiquement toute forme d’activité, pourvu qu’elle soit adaptée aux besoins et aux possibilités de la patiente, a un effet positif sur le travail de son corps.

Dans le cas des femmes fumant des cigarettes, l’arrêt est extrêmement important dans le processus de traitement du SPM. Les patients physiquement dépendants peuvent s’aider eux-mêmes avec une thérapie de remplacement de la nicotine.

Avec son médecin, la patiente doit choisir la méthode qui lui convient le mieux (gommes à mâcher, patchs, comprimés, inhalateurs); et qui lui permettra d’arrêter de fumer avec succès.

Fermer